LES ÉLÉMENTS
SONT DÉCHAINÉS,
NOUS AUSSI.
 

La mondialisation est en solde, la misère un commerce, les marchands de canons veulent le Prix Nobel de la Paix... Et ils l'ont. La météorixe fait péter nos circuits, les rivières cachaient un océan d'absurdité et sous les pavés, le fuel.
Dans ce contexte qui donnerait raison aux promoteurs d'Apocalypse et à l'heure où l'économie sauvage, virtuelle et foudroyante dévore l'humain, oser lutter contre la logique du tout fric qui crack relance le pari d'une utopie, mais c'est justement quand le doute balaye les certitudes qu'il devient une arme : voir le monde autrement, il est temps, et faire que la force de nos rapports devienne le nouveau rapport de force.
Courage nous tous !

 

Et dansent les indomptés

 

Léo Mallet et Frank Capra ont raison tous les deux : la vie est dégueulasse, mais elle peut être belle aussi, c'est ça qui est dégueulasse.
On nous habitue tant à souffrir de résignation et d'abrutissement qu'on en aurait presque le bonheur coupable. La honte soit sur ce qui nous fait accepter ce que l'on devrait refuser et refuser ce que l'on est en droit d'accepter.

Si nous arrivons à froisser, le temps d'une liberté, la liste incommensurable des tares tenaces de notre société obsédée par la rentabilité, le pouvoir et l'instinct de mort, alors nous savourons sans détour notre satisfaction d'être encore à notre place malgré le remugle ambiant de cette planète plus très nette. C'est un luxe vital que nous voulons nous offrir chaque jour.
Pour être à notre place, il nous a fallu comprendre qu'avant de la trouver, nous devions d'abord savoir "être", une attitude simplement humaine mais curieusement en voie de disparition.
Pour savoir si cette place nous correspond bien, il nous suffit d'avoir une furieuse envie de tordre le cou à quiconque voudrait nous empêcher d'en jouir.

 

 Face à la fabrication d'un terrorisme quotidien du sacrifice, cette saine violence est le garant d'un instinct de vie qui ne répond à aucun besoin inventé ou imposé par la logique de la science sans conscience du profit.

L'Histoire n'a pas fini de se mordre la queue jusqu'à l'indigestion. Nous ne serons pas de ce banquet morbide, notre place est ailleurs...

 

   - Textes de Dominique ZAY. -

 

 

 

Dans la ronde des mots contre les maux du monde
barre noire